Accueil > Situation Hydrologique > 2011 - 2012  > Situation hydrologique générale

Résultat de la surveillance

Situation Hydrologique

Sélectionnez une année hydrologique :

Données et Documents

Gestion de l'eau

Usages et Pressions

Milieux aquatiques

Actualités

Situation hydrologique générale

Les bulletins de situation hydrologique du bassin Rhône et côtiers Méditerranéens ont une fréquence de parution mensuelle. Ces bulletins sont une synthèse de données transmises par un ensemble de producteurs et recueillies mensuellement par la Délégation de Bassin. Les informations départementales relatives aux limitations des usages de l’eau et aux difficultés liées à ces usages sont remontées par les 25 services de police de l’eau du bassin.

Les bulletins ont pour objet d’apporter une information synthétique à tous les organismes intéressés ; ils apportent une expertise et une illustration des données sous forme de commentaires, de cartes et de tableaux. 

Pour consulter le détail des bulletins, cliquez sur les rubriques mensuelles de la colonne gauche ...

En complément, vous pouvez consulter la page Informations sécheresse pour les données liées aux situations d’étiage.

SYNTHESE ANNEE HYDROLOGIQUE 2011-2012

>> Consulter la synthèse ...

Situation hydrologique début septembre 2012

Le mois d’août 2012 est chaud et ensoleillé. Une importante vague de chaleur, remarquable par son caractère tardif, intéresse le bassin entre la fin de la 2e et le début de la 3e décade. Les cumuls pluviométriques dépassent 100 millimètres, voire 150 millimètres pour les plus élevés, principalement sur le nord-est du bassin (Franche-Comté - Savoie - Haute Savoie). A l’inverse, moins de 50 millimètres sont recueillis sur les régions sud du bassin, en particulier, moins de 10 mm sur le Var, les Bouches du Rhône et la région de Perpignan.

Le mois d’août 2012 est marqué par l’arrivée tardive de l’étiage en conséquence des faibles précipitations et d’une forte évapo-transpiration. La majeure partie des cours d’eau du bassin Rhône-Méditerranée ont des débits inférieurs aux moyennes mensuelles ...

Dans la continuité du mois de juillet, la tendance générale à la baisse du niveau des nappes se poursuit au cours du mois d’août 2012. Les épisodes pluvieux survenus en fin de mois sur certaines régions permettent une relative stabilisation des niveaux.

BILAN août 2012 ...

Situation hydrologique début juillet 2012

Le mois de juin 2012 a été bien arrosé sur les régions nord du bassin, ce qui contraste avec la faiblesse des précipitations tombées sur les régions sud du bassin.

Les rivières de la moitié nord du bassin présentent une situation hydrologique favorable pour la saison grâce aux pluies importantes tombées au cours des mois d’avril, mai et juin 2012. Sur les régions sud, les débits des cours d’eau restent inférieurs ou, au mieux, proches des normales pour la majorité d’entre eux. Pourtant cette situation n’est pas alarmante, les écoulements relativement élevés correspondent à une période normale, voire humide, sur une grande moitié du bassin y compris le département du Var. Quelques cours d’eau sont plus marqués par des écoulements très faibles : en Languedoc-Roussillon, le Tech et le Sègre dans les Pyrénées-Orientales, l’amont de l’Aude et le Vistre dans le Gard, en PACA le bassin de la Roya dans les Alpes Maritimes et les bassins de l’Ouvèze et de l’Auzon dans le Vaucluse et en Rhône-Alpes, le Roubion dans la Drôme et le Vernaisson dans l’Isère. L’hydraulicité du Rhône, à fin du mois de juin, se situe légèrement au-dessus de la moyenne mensuelle.

Certaines nappes du bassin Rhône-Méditerranée amorcent, en ce début d’été, leur cycle de baisse estivale alors que quelques aquifères alluviaux et karstiques profitent encore d’une faible recharge. Les pluies d’avril à mai, tardives dans l’année hydrologique (septembre à septembre) n’ont pas permis une recharge significative des nappes en cette fin de printemps et début d’été qui a lieu préférentiellement en hiver en raison de l’absence d’évaporation et de croissance des plantes. Aussi, ces pluies ont permis de soulager les nappes, en particulier de prélèvements moindres pour l’irrigation qu’en période sèche.

Le remplissage des principaux barrages du bassin a eu lieu à partir d’avril pour aboutir fin juin à un taux de remplissage très satisfaisant permettant d’aborder la période estivale sereinement pour les usages de l’eau dépendant de ces retenues. Une vigilance particulière est portée sur le canal du centre qui devrait permettre la navigation jusqu’au 30 septembre.

Le mois de juin marque pour l’ONEMA le remplacement du réseau ROCA (Réseau d’Observation de Crise des Assecs) par l’Observatoire National Des Etiages (ONDE). Les objectifs de ce nouveau réseau sont d’être un réseau de connaissance pérenne des phénomènes d’étiage et d’apporter une aide à la décision en période de crise hydrologique.

Les conditions hydro-climatiques de la dernière période ont été favorables à la biocénose des milieux aquatiques pour la plupart des cours d’eau du bassin Rhône. Les indices ONDE pour tous les départements qui composent ces bassins, sont compris entre 8,3 et 10 avec cependant un bémol pour les départements du Gard (30) qui voit 20 % de ses petits chevelus en situation d’assec, de la Drôme, du Vaucluse et des Alpes-de-Haute-Provence.

BILAN juillet 2012 ...

Situation hydrologique début mai 2012

Fin avril 2012, la situation des ressources en eau s’est améliorée pour les eaux superficielles mais reste encore fragile pour les eaux souterraines.

Le retour des précipitations début avril et la fonte du manteau neigeux sur les reliefs alpins ont permis d’améliorer la situation des cours d’eau au sud de la région Franche-Comté et sur la région Rhône-Alpes. Au nord de la Franche-Comté, en Bourgogne, en régions PACA et LRO, les débits restent encore faibles et le caractère sec prédomine mais les pluies tombées début mai devraient améliorer cette situation.

Les niveaux de la plupart des nappes du bassin Rhône-Méditerranée qui ne cessaient de baisser depuis décembre 2011, ont connu une remontée parfois sensible. Les niveaux moyens restent cependant souvent en dessous des normales saisonnières. En effet, la recharge significative n’a plus lieu au mois d’avril car une grande partie de l’eau est absorbée par la reprise végétative.

Les pluies excédentaires d’avril 2012 ont permis le remplissage des retenues, globalement la situation s’améliore. Ainsi, les taux de remplissage des retenues du bassin Rhône-Méditerranée retrouvent des valeurs supérieures à 75% pour la majorité d’entre elles.

Situation hydrologique début mars 2012

Fin février, la situation des ressources en eau est préoccupante sur l’ensemble du bassin. Tous les indicateurs sont bas voire très bas. A partir d’une situation encore fragile à la fin janvier, la recharge des ressources en eau a été insignifiante durant ce mois.

Les débits des cours d‘eau sont anormalement faibles sur l’ensemble du bassin Rhône-Méditerranée de « périodes sèches » de retour 3 ans à plus de 20 ans. Les cours d’eau les plus atteints par la sècheresse (période de retour supérieur à 10 ans) avec des débits moyens mensuels inférieurs à 35 % de la moyenne se trouvent dans les départements de la Drôme, de l’Ardèche, la région PACA et le Languedoc (Reyssouze, Doux, Eyrieux, Drôme, Roubion-Jabron, Ouvèze vauclusienne, Lauzon (50 ans), Calavon, Loup, Roya, Cèze, Gardons, Hérault, Orb, Chassezac). Tous ces cours d’eau inscrits dans le SDAGE font l’objet d’études "d’estimation des volumes prélevables" à l’exception de la Roya.
Les cours d’eau de régime nival enregistrent pour l’instant des débits plus soutenus grâce à la contribution de fonte du manteau neigeux. Dans les Alpes, le manteau neigeux se situait dans la moyenne. Il a fondu en grande partie fin février-début mars dans les Alpes du sud et plus progressivement dans les Alpes du nord et les Pyrénées.

Les débits du Rhône et de la Saône sont inférieures aux normales de ce mois de février.

Les niveaux des nappes de l’ensemble du bassin sont en général à la baisse ou à la stabilisation, la période de recharge hivernale ayant été interrompue beaucoup trop tôt par rapport au fonctionnement « normal » des nappes. A la fin février, la recharge hivernale est nettement insuffisante pour appréhender la saison printanière avec sérénité.

Le taux de remplissage des retenues du bassin est à environ 50 % ce qui est trop faible pour aborder la période estivale.

Il ne reste plus qu’à espérer que les pluies de printemps viennent soulager des ressources et les sols pour permettre la reprise de la phase de croissance des plantes. Les gestionnaires de l’eau devront veiller à prendre les mesures de limitations des usages de l’eau dans les meilleurs délais début avril...

BILAN mars 2012 ...

Situation hydrologique fin janvier 2012

Le bilan pluviométrique de janvier 2012 est contrasté : l’ensemble des cumuls supérieurs à 50 mm sur les régions nord du bassin et inférieurs à 50 mm sur les régions sud du bassin. Ces cumuls mensuels sont importants (supérieurs à 150 mm) sur les reliefs des Vosges, du Jura, du Bugey et d’une partie des Alpes du nord. En revanche, ils sont très faibles (inférieurs à 10 mm) sur les départements de l’Hérault et du Gard. On note l’arrivée des premiers épisodes neigeux notables de l’hiver. Les cumuls des précipitations depuis le 1er septembre 2011 sont déficitaires ou proches des normales sur la quasi-totalité du bassin Rhône-méditerranée.

Les cumuls des pluies efficaces (pluie - évapotranspiration réelle (ETR)) de ce mois sont positifs sur la moitié nord du bassin Rhône-Méditerranée excepté au sud-ouest. En revanche, le cumul des pluies efficaces sur la moitié sud du bassin (LRO et PACA, sud-est de RHA) est quasi nul. La recharge pour les ressources en eau de ces régions est insignifiante. Des cumuls mensuels supérieur à 150 mm sont enregistrés sur le Haut Jura, le Bugey, une partie du relief des Alpes du Nord.
Le cumul des pluies efficaces depuis le 1er septembre 2011 fait apparaître une situation plus favorable mais trompeuse. En effet le bilan du cumul des pluies efficaces depuis le 1er septembre apparaît positif sur l’ensemble du bassin avec des cumuls supérieurs à 400 mm sur le Haut Jura, le Bugey, une partie du relief des Alpes, le sud du plateau ardéchois, les Cévennes et les reliefs de l’Hérault ainsi que certains secteurs du Var. Pourtant cette recharge n’est encore pas à la hauteur des déficits à combler sur les ressources.

En janvier 2012, dans la continuité du mois de décembre, en janvier 2012, les débits de la majorité des cours d’eau des régions nord du bassin sont supérieurs, voir très supérieurs, à la moyenne. A l’opposé, la sécheresse hivernale se poursuit sur les régions sud du bassin dont la majorité des cours d’eau présentent des débits inférieurs, voir très inférieurs, à la moyenne mensuelle interannuelle.

les débits du Rhône sont restés élevés durant le mois de janvier qui a été marqué par plusieurs épisodes pluvieux. Ainsi, fin janvier, l’hydraulicité du Rhône se situe en haut du classement.

En janvier 2012, les nappes des régions Franche-Comté et Bourgogne bénéficient de précipitations. La recharge engagée en décembre sur ces régions continue. En revanche, en région Rhône-Alpes, la recharge est modérée ou inexistante et les nappes déjà déficitaires restent en situation défavorable. En régions PACA et Languedoc-Roussillon, par absence de précipitations, les nappes qui avaient amorcé leur recharge en décembre enregistrent à nouveau des niveaux en baisse...

Fin janvier 2012, le niveau des retenues continue à baisser comme en décembre en l’absence de précipitations significatives ; les pluies de novembre avaient permis un bon remplissage de ces retenues. En PACA, la situation est à la baisse entre décembre (taux de remplissage en moyenne de 71,25 %) et janvier (taux de remplissage en moyenne de 64,4 %). Les retenues à l’est des Pyrénées présentent des taux de remplissage faibles (inférieurs à 50%)...

BILAN janvier 2012 ...

Situation hydrologique fin décembre 2011

Le mois de décembre est marqué par une pluviométrie importante sur les régions nord du bassin et de faibles précipitations sur les régions sud du bassin. La neige fait son apparition en montagne sauf à l’extrême sud des Alpes. Ainsi les cumuls mensuels sont excédentaires au nord et très déficitaires au sud du bassin.
Les cumuls pluviométriques depuis le 1er septembre 2011 restent majoritairement déficitaires ou proches des normales sur l’ensemble du bassin Rhône-Méditerranée. Quelques secteurs présentent un cumul excédentaire : sud est de la Savoie et des Hautes-Alpes, le Var, les reliefs de l’Hérault, l’est de l’Aude et des PO.
Les cumuls des pluies efficaces (pluie - évapotranspiration réelle (ETR)) depuis le 1er septembre 2011 sont positifs sur l’ensemble du bassin Rhône-Méditerranée. Ces cumuls sont importants (supérieur à 400 mm) sur le Haut Jura, le Bugey, une partie du relief des Alpes, le sud du plateau Ardéchois, les Cévennes et les reliefs de l’Hérault ainsi que le Var.

En décembre 2011, l’étiage automnal sévère se termine pour les cours d’eau des régions nord du bassin Rhône-Méditerranée : grâce aux fortes précipitations, les débits retrouvent des moyennes proches ou supérieures à la normale. A l’opposé, la faiblesse des précipitations tombées sur les régions PACA et LRO provoque un début de sécheresse hivernale : les débits sont en baisse généralisée

Le mois de décembre a été marqué par plusieurs épisodes pluvieux sur l’ensemble du bassin versant du Rhône, ce qui conduit à une remontée spectaculaire de l’hydraulicité du Rhône. Les débits moyens mensuels sont tous supérieurs au débit moyen interannuel de la période 1920-2011. Les 5 stations étudiées sur le Rhône se positionnent entre le 61ème et le 79ème rang sur les 92 dernières années. De même en décembre, la Saône aval retrouve une situation hydrologique normale.

Fin 2011, les niveaux restent élevées pour les nappes des régions PACA et Languedoc-Roussillon qui avaient profité d’une recharge importante courant novembre 2011. La situation est plus contrastée pour les nappes des régions nord du bassin : forte recharge sur certaines nappes de Bourgogne et Franche-comté, stabilité ou faible recharge sur la majorité des nappes de Rhône-Alpes.

Fin décembre, la situation des retenues du bassin Rhône-Méditerranée est satisfaisante pour la majorité d’entre-elles ...

BILAN décembre 2011 ...

Bilan étiage 2011 et situation hydrologique fin novembre 2011

Un hiver 2010-2011 marqué par la faiblesse des précipitations suivi d’un printemps 2011 sec et anticyclonique n’ont pas permis ni une recharge significative des nappes, ni un soutien du débit des cours d’eau pendant cette période conduisant à une situation très tendue à la fin mai 2011. Les pluies orageuses tombées de juin à fin août 2011 sont venues soulager cette situation très préoccupante. Les épisodes pluvieux estivaux ont été bénéfiques aux cultures et ont entraîné une réduction des prélèvements agricoles en rivière et en nappe. De plus, les principaux barrages de la partie sud du bassin ont enregistré une remontée importante de leur niveau grâce aux orages estivaux. Ces pluies n’ont cependant apporté aucune contribution à la recharge des nappes en particulier en Franche-Comté et Rhône-Alpes qui pour certaines d’entre elles ont enregistré leur niveau les plus bas depuis 20 ans. Ainsi ces épisodes orageux et l’absence d’épisodes caniculaires ont permis un déroulement de la période estivale sans problèmes d’usage signalés en particulier vis-à-vis de l’alimentation en eau potable.

Après un automne 2011 sec, fin novembre, les cours d’eau sont à des niveaux très bas. L’étiage automnal se poursuit en l’absence de précipitations sur la majeure partie du bassin excepté sur la bordure méditerranéenne qui a enregistré des crues à la suite de précipitations très importantes fin octobre-début novembre.

L’étiage tardif sur les cours d’eau devient préjudiciable au bon fonctionnement des écosystèmes aquatiques. Par ailleurs, les barrages ayant été sollicités durant l’été, fin octobre leurs niveaux étaient particulièrement bas. Grâce aux pluies de novembre, on constate une remontée des retenues principales de PACA.

Concernant les mesures de restriction des usages de l’eau sur le bassin Rhône-Méditerranée, toutes les mesures ont été levées au 30 novembre 2011...

BILAN novembre 2011 ...